accueil

Peggy Kluck, d’origine hollandaise, est installée dans le Gers depuis plus de trente ans. Elle a fréquenté les Beaux-Arts d’Arnhem avant d’entreprendre une carrière artistique. Après une riche expérience d’éleveur de chèvres et un tour du monde, elle crée avec son compagnon un jardin original qu’elle consacre à la peinture et dans lequel sont accueillis des artistes plasticiens.
....................

...Elle peint sur le motif, ou bien dans l’atelier, fixant sur la toile les fruits mûrs, les variétés de légumes et les fleurs fraîchement cueillies, qu’elle a disposés sur un coin de table. Pourquoi peindre encore ainsi, alors que les impressionnistes au XIXème siècle l’ont si bien fait ! La nature en soi n’a rien d’original, elle est toujours la même ; la fleur d’autrefois est semblable à celle d’aujourd’hui , sa forme et sa couleur n’ont pas changé au fil des siècles. Si tout artiste éprouve le besoin de s’inscrire dans la tradition, l’important est de ne pas refaire ce qui a déjà été fait. Il s’agit de peindre autrement.

Ce qui change dans le temps, c’est le regard que le peintre porte sur ce qui l’entoure. Peggy crée sur la toile ce qui est sa vie. Pour elle, l’amour, l’amitié, le travail de la terre, la proximité avec la nature et la peinture forment un tout, une harmonieuse unité, une philosophie de la vie.

Le point de vue en plongée et l’écrasement de la perspective amènent dans l’intimité de la chose peinte. Peggy habite sa peinture. Ce n’est pas un face à face mais un cœur à cœur. D’un geste vif qui ignore le repentir Peggy fige sur la toile, l’instant d’une lumière, d’un frémissement de l’air. La spontanéité a valeur de vérité et de sincérité. La couleur est pure, joyeuse, parfois exubérante, les rapports sont justes, équilibrés. Les contrastes de complémentaires dynamisent la surface, exaltent la forme , les ombres sont douces si bien que la lumière semble surgir de l’intérieur de la peinture. L’espace est saturé, vibre par la couleur, bouge par la touche. Une vitalité joyeuse rayonne de la toile.

Peggy travaille parfois par série. La même nature morte se décline sous des angles différents, dans des décors différents. D’une toile à l’autre, le nombre de fruits a diminué, car dit-elle, "on les a mangés " ; les amis posent sur le même fauteuil, le même vase accueille les dahlias puis les zinnias sur la même table recouverte de tissus dont les motifs jouent la surenchère.

Pour Peggy, peindre est une façon de savourer le temps qui passe, d’en sentir le parfum, d’en goûter la saveur, d’en apprécier la sensualité et l’épaisseur. C’est l’ivresse de vivre la simplicité de l’existence et de faire de chaque jour, un jour de plus de bonheur.

Anto Alquier

peggy.kluck@wanadoo.fr
05 62 08 53 44
32110 Cravencères

 

 

 

 
   
 
   
 
   
 
   
Article en Néerlandais paru dans Leven in Frankrijk, en 2000
accueil
Biographie